R- J’ai entendu dire que avez passé une dizaine d’années à voyager à travers le monde, et cela avec votre gros chien ? Cela à du être une sacré expérience !
EC- Oui Monster et moi sommes partis en 1999 et avons traversé 31 pays sur les 5 continents durant ces années, donc je peux affirmer non seulement que je suis l’un des psychologues ayant le plus voyagé, mais aussi que Monster est sans aucun doute le plus grand voyageur dans l’histoire des chiens !
R – Pouvez-vous expliquer succinctement ce qu’est exactement Dream Travel Therapy ?
EC- Un voyage dans le temps. Haha
R- C’est un peu court, laissez moi reformuler, que faites-vous et en quoi votre approche diffère-t-elle de celle des autres psychologues ?
EC- J’enseigne l’interprétation des rêves aux psychologues et aux autres, et je conseille des gens de partout dans le monde via internet. Qu’ils soient dépressifs ou anxieux, ou qu’ils aient envie de faire un changement positif dans leur vie, etc. Au cours de mes voyages, où que ce soit, j’ai pu constater en personne que tout le monde à le même type de problème. Les gens ont le cœur brisé. Ils sont en colère. Ils ne savent pas quoi faire. La plupart des gens ne vivent pas pleinement leurs rêves, mais se laissent happer par le quotidien en laissant de côté ce qui les motive vraiment. Le modèle de l’esprit selon Freud se montre incontestablement vrai. Et les outils qu’il nous donne (l’association libre des idées et l’interprétation des rêves) se sont révélés être des outils puissants. Pour la première fois dans l’histoire humaine nous avons un moyen d’explorer l’inconscient, avec des résultats à la fois vérifiables et répétables !
R – Vous avez arrêter vos pérégrinations au cours des 7 dernières années pour vous installer en Chine. Le New York Times à fait un reportage à propos de l’incroyable essor de la psychanalyse en Chine ces dernières années. Il y a beaucoup de demande !
EC – Oui, et pas seulement en Chine. Il y a 20, 30, 40 ans il était très à la mode de se moquer de Freud. En fait ses théories avaient tendance à disparaître sous les critiques depuis un siècle, mais avec les récentes découvertes en neuroscience elles reviennent sur le devant de la scène de façon remarquable. Pour ceux que cela intéresse, je recommande l’interview de Max Holmes. Professeur de neuropsychologie à l’université de Cape Town.
(https://www.youtube.com/watch?v=BElUOQqvyEg)
Pour des millions de gens à travers le monde, la psychanalyse à largement fait ses preuves. (en Argentine par exemple, plus de 30 % de la population à consulté un thérapeute au cour de sa vie, c’est à la mode). Cela a sauvé la vie d’un nombre incalculable de gens, au propre comme au figuré.
Mais l’un des inconvénients est que cela prend du temps. Freud lui-même à abordé ce problème en se demandant si l’on s’attendait à ce que le processus soit plus rapide lorsque l’on souffre d’un traumatisme physique ? Si un homme se prend une balle dans les poumons, se plaindrait-il que son corps n’ait pas complètement réparé la blessure au bout de quelques semaines ? Bien sûr que non ! Pourquoi une blessure psychologique serait-elle moins difficile à soigner ?
J’ai donc commencé à cherché s’il n’y aurait pas un moyen de rendre cette période de guérison plus courte. Était-ce possible ? C’est au court des mes voyages que l’idée m’est venue : est-ce que ça n’aiderait pas les gens à guérir de façon plus efficace si l’on pouvait accélérer l’horloge psychologique du corps entier ? A l’extérieur le temps resterait bien évidemment le même, mais l’horloge interne du corps, sa perception psychologique du temps, accélérerait tous ses processus psychologiques. J’ai commencé à développer une nouvelle forme de thérapie pro-active baptisée Dream Travel Therapy. L’idée est venue du simple constat que que la voyages, de plusieurs manières, accélèrent la vie. Si l’on accepte cette hypothèse, alors il en découle logiquement que n’importe quelle transformation psychologique que traverse un sujet va en conséquence accélérer au cours de son voyage physique. Je veux dire par là que (comme n’importe qui ayant beaucoup voyagé pourra vous le dire) on expérimente plus en une semaine d’aventure dans un endroit exotique qu’en un an en restant chez soi, planté devant un ordinateur 40 heures ou plus par semaines. Le célèbre auteur Henry Miller à taper dans le mille lorsqu’il dit ”Notre destination n’est jamais un endroit mais une nouvelle façon de voire les choses”. Et l’auteur américain John Steinbeck l’a mis en mot de façon encore plus claire quand il dit ”people don’t take trips. Trips take people.”
Combinez les bénéfices du voyage et tous les bénéfices traditionnels de la psychanalyse et vous pourrez commencer à comprendre vraiment quelle efficace stratégie c’est. Bien sûr ce n’est pas applicable dans tous les cas (avec les enfants par exemple) mais la plupart du temps ça peut être juste ce qu’il faut.
Mais vous devez comprendre qu’il ne s’agit pas de voyager pour voyager, pour retourner à la même vieille situation pourrie et les habituelles pensées négatives. C’est un voyage spirituel aussi bien que physique. L’aspect essentiel qui distingue Dream Travel therapy est que le voyage doit toujours être effectué en parallèle avec une psychanalyse.
R – Alors il ne s’agit pas de partir un moment juste pour s´éclaircir les idées ?
EC- Pas du tout. L’élément essentiel est la communication étroite avec le thérapeute. Les rêves analysés en cours de route peuvent être très vifs et puissants ! Le sens en est maximisé !
Autrement, vous faites juste un voyage puis rentrez chez vous. La profondeur de l’expérience est perdue.
Il est connu depuis toujours que partir, s’éloigner peut permettre de se ressourcer. Quand vous partez en vacances vous laisser tous vos soucis derrière vous., pas vrai ? En fait c’est ainsi que j’ai commencé mes voyages. Et c´était tellement rafraîchissant que j’ai continué encore et encore pendant plus de dix ans ! Cependant cela ne peut pas convenir à tout le monde de vivre comme ça pendant très longtemps ahah !.
Donc la vie sur les routes est vraiment bien ! Cependant le problème est toujours le même : vous partez et oubliez vos problèmes, mais malheureusement quand vous rentrez vos problèmes sont toujours là à vous attendre (eux ne sont pas partis en vacances). Peut être que vous sentez bien au début, mais après un court instant, vous retombez dans la dépression ou quoi que ce soit d’autre, et votre merveilleux voyages ne semble plus qu’un lointain rêve.
R – Oui, cela m’est arrivé ! Mon dernier voyage à l’étranger me semble presque irréel maintenant !
EC – C’est inévitable. Ça se passe toujours comme ça, et cela se passera toujours comme ça. C’est le même principe que quand vous buvez. Vous sortez avec des amis et après quelques verres, vous oubliez vos problèmes, pas vrai ? Mais ce n’est rien d’autre qu’une échappatoire temporaire. Le lendemain, rien n’a changé. Vous avez toujours vos problèmes (en plus d’un bon mal de crâne ha ha !). personnes n’a jamais fait disparaître ses problèmes en buvant, et personne n’a jamais fait disparaître ses problèmes en voyageant.
R- J’ai entendu parler d’une thérapie de voyage populaire en Amérique. Est-ce la même chose que ce que vous faites ?
EC – Je ne m’y connais pas trop, mais j’ai l’impression que c’est plutôt juste un divertissement, avec un fort accent sur le voyage et pas grand chose sur la thérapie. Peut être que leur thérapie devrait être entre guillemets ahah ! Je vais vous donner un exemple. Une de mes patientes, qui souffrait d’anxiété, m’a raconté un drôle de rêve qu’elle avait fait et qui l’avait laissée vraiment perplexe. Vu de l’extérieur il paraissait en effet vraiment bizarre, mais pour n’importe qui d’un peu familier avec le langage des rêves, ce n’était vraiment pas difficile à interpréter du tout. Et d’après cet unique rêve, j’ai fortement suspecté qu’elle avait été abusée une fois dans sa vie. Au cours de l’analyse des rêves suivants, mon doute à été confirmé. Il s’est avéré qu’elle avait été attaquée quand elle était plus jeune, et l’assaillant avait fui par une fenêtre ouverte. Tout cet épisode avait été refoulé (vraiment, elle n’arrivait pas à se ”souvenir” du moindre détail jusqu’à ce que cela ressorte au cours de la psychanalyse). Et son anxiété, qui était particulièrement sévère à proximité des fenêtres ouvertes, s’est révélé n’avoir aucun rapport avec avec la peur des hauteurs, de la chute, etc. Bien évidemment dans ce genre de situations le problème ne va pas disparaître tout seul. Pas plus qu’il disparaîtra en prenant des vacances détendantes quelque part. Et n’importe quel ”travel therapist” qui n’a pas de connaissance pratique de l’analyse des rêves ná de thérapeute que le nom.
D’après Freud, plus de 90 % de l’activité cérébrale est inconsciente (ce qui est confirmé par la neuroscience). Les gens peuvent le comprendre en théorie, mais c’est dur pour eux de vraiment accepter que ces désires etc gèrent leurs vies jour après jours. Très peu de gens vivent la vie qu’ils souhaitent. Et la plupart en souffrent, dans une certaine mesure.
Le voyage sans la psychanalyse ne vaut pas grand chose. En même temps, la psychanalyse sans le voyage prend énormément de temps. Voilà en quoi me méthode est si révolutionnaire. On s’arrête au moment où votre horloge psychologique accélère et on le fige, ce qui permet de préserver la sensation. Une vraie guérison et un vrai développement ont lieu, alors ça n’a plus d’importance si vous retournez à la même place physique parce que, psychologiquement, vous avez déjà fait du chemin.
En plus du déplacement physique, il y a souvent une autre dimension ajoutée à la formule -des tâches à accomplir- planter un arbre ou acheter du poisson sur le marché local pour le relâcher dans un lac proche etc. l’un des buts principaux de ma thérapie est de démolir les barrières entre soi-même et la communauté (que ce soit la communauté humaine locale ou la communauté globale de l’environnement avec ses myriades de créatures).
Ce qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est le voyage est pensé en profondeur au sain du cadre de la méthode psychanalytique et personne ne devrait faire ses bagages tant qu’une partie suffisante du travail n’a pas été réalisé. Les rêves sont en effet la ”route royale” pour l’inconscient, et c’est seulement sous la loupe de l’analyse des rêves que la voie de la guérison apparaît elle aussi.
Et en fait, le voyage est directement lié aux pensées latentes du rêve et pas dans le contenu manifeste de celui-ci.
C’est l’erreur que font tous ceux qui pensent se guérir en voyageant. Ils n’ont pas compris le rôle que jouait leur inconscient quant à leur morosité, anxiété, etc. Ils ne comprennent pas vraiment que 10 % de leurs problèmes ont des causes manifestes… C’est normal d’éprouver de la tristesse quand votre copain vous laisse, mais si la douleur est trop grande, ou si vous n’arrivez pas à la surmonter, c’est parce que l’inconscient est aussi à l’œuvre derrière tout ça. Peut être qu’on apprendra grâce à l’analyse que tout cela est en fait lié avec l’histoire de votre père qui à quitté votre mère quand vous étiez plus jeune… eh bien c’est une piste à exploiter. Il y a des problèmes qu’il faut résoudre, n’est-ce pas ? C’est si commun mais et pourtant les gens sont encore sceptiques !
R – Vous parlez de ”pensées latentes du rêves” et de ”contenus manifestes”. Pourriez-vous expliciter un peu ces termes pour les lecteurs ?
EC – Eh bien voyez-vous, après tout, ce qu’on essaye vraiment de faire ici c’est de s’accorder avec les émotions enfouies profondément. Donc il faut commencer par trouver la vraie source du problème. Pour prendre un exemple très simple : vous allez voir le médecin parce que vous avez mal au bras gauche. Eh bien avant de vous amputer, il commencera plus pertinemment par vérifier que la vraie menace n’est pas par exemple une attaque cardiaque imminente…
Ensuite, une fois le problème identifié (les pensées latentes du rêve) l’idée est que ce voyage supervisé psychologiquement agira comme un catalyseur pour se rétablir grâce à la montagne d’expériences nouvelles et variées qui vous tombent dessus en un temps si court.
Un bénéfice secondaire de Dream Travel Therapy est un gain d’autonomie des gens, car ils gagnent en estime de soi éprouvent un sentiment d’accomplissement. Ce voyage est une expérience de vie mémorable oũ la personne peut dire ”Oui, je l’ai fais. J’ai réussi. J’ai accompli quelque chose”. (En dehors de l’échappement physique d’un environnement empoisonnant.
La personne est immergée dans une atmosphère totalement différente et pose un regard neuf, revigorant, et même exaltant. C’est particulièrement efficace quand le quand le sujet passe d’une société plutôt fermée et conservatrice vers une autre plus ouverte, ou bien l’exacte opposé, depuis une société moderne et progressiste vers une société plus traditionnelle. (c’est aussi efficace de passer d’une grande ville à un petit village ou dans la nature, où de s’immerger dans une culture avec avec une religion différente). Je ne vaux pas dire que la personne doit y rester indéfiniment. Le Zarathustra de Nietsche doit redescendre de la montagne, n’est-ce pas ? Fuir ses problèmes n’a jamais été une solution, et ce n’est pas ce que je défend ici, mais la personne peut ramener la puissance de l’expérience avec elle. Elle peut ramener un nouveaux sens de paix intérieure, et une sensation de communion avec le monde.
R – Ça à l’air merveilleux, mais est-ce que ce n’est pas un peu inaccessible pour certains ?
EC- Pour commencer, il n’est pas nécessaire de voyager jusqu’à l’autre bout du monde. C’est un scénario efficace, mais même une simple escapade d’un week-end peut aider. Ce qui est important c’est de se retrouver dans une nouvelle situation. Par exemple, si vous êtes un légume qui ne passe pas beaucoup de temps à l´extérieur, faire du camping sauvage serait une bonne option. Ou si vous avez un travail de bureau, prendre une semaine pour aller travailler dans une ferme, etc.
L’idée est de faire mentir l’adage.
Deuxièmement, le coût du voyage est souvent utilisé comme moyen d’auto-défense, et je dis ça d’après mon expérience personnelle. Durant mes 10 ans de voyage, j’ai envoyé beaucoup de lettres relatant mes aventures à mes amis. Presque tous répondaient en disant des choses du genre ”Oh tu es trop cool!J’aimerais pouvoir faire ça 1” ou ”Tu vis le voyage de mes rêves.” etc etc. Mais ce qui est drôle c’est que chaque fois que j’invitais quelqu’un à me rejoindre, ils avaient tous toujours une bonne raison pour ne pas venir. Ils n’avaient pas l’argent, ou leur famille va s’inquiéter, ou ils ne peuvent pas se permettre de prendre une pause dans leurs études/travail, ou un truc du genre.
Mais en fait ce ne sont pas des raisons, mais seulement des excuses. C’est toujours facile de trouver une raison pour ne rien faire. Mais la vraie raison c’est qu’ils avaient peur, et ils ne s’en rendaient même pas compte,
C’est un parfait exemple de l’inconscient freudien qui nous fait souffrir, jusqu’à nous faire abandonner un voyage de rêve auquel on à vraiment envie de participer !
Finalement, à propos du prétendu coût du voyage. D’abord il faut envisager les économies substantielles faites en réduisant le temps de la thérapie de plusieurs mois voire années à seulement quelques semaines. Et en fait, le voyage ne coûte que la somme que vous y mettez. Par exemple au cours de mes voyages je ne suis jamais allé dans un hôtel du tout.
Mais en calculant le coût de Dream Travel Therapy il n’y a qu’une chose importante à prendre en compte : la force de votre souffrance ! En fonction de ça, si vous souffrez vraiment le prix n’a plus d’importance !
R – C’est super ! Merci pour votre temps.
EC – Merci ! C´etait un plaisir !
Enrique Crow est un psychologue, auteur, et créateur d’un opéra rock.